Gabriel Camps

Personnalité exceptionnelle

20 mai 1927, Misserghin - 6 septembre 2002, Aix-en-Provence

Francis Curtes


 

C'est une solide amitié de plus d'un demi siècle, doublée d'une grande affection, qui nous unissaient, ma femme et moi, à Gabriel et à Henriette Camps. Aussi, la mort brutale de Gabriel, le 6 septembre dernier, à Aix-en-Provence, nous a-t-elle vraiment bouleversés, et c'est avec une grande émotion que je rappellerai ici qui était 1'homme et qui était l'ami.

Gabriel Camps est né le 20 mai 1927 à Misserghin, en Oranie. Après de brillantes études au lycée d'Oran puis à l'université d'Alger, et un rapide passage dans l'enseignement secondaire au lycée de Ben-Aknoun, il se consacre rapidement à la recherche, au CNRS, au CRAPE (Centre de recherches anthropologiques, préhistoriques et ethnographiques), créé à Alger, au Musée du Bardo, ainsi que la revue Libyca, par le Pr Balout, auquel il succèdera en 1962.

Après l'exode de 1962, il revient en effet à Alger, et il y restera jusqu'en 1968, date de son retour définitif en France, où il est nommé à l'université d'Aix-en-Provence, à la chaire de Préhistoire et protohistoire, et où il créera le laboratoire d'Anthropologie et de préhistoire des pays de la Méditerranée occidentale.

Au cours de sa longue carrière universitaire, Gabriel Camps s'imposera comme un infatigable chercheur et un éminent spécialiste de la préhistoire et de la protohistoire nord-africaine et méditerranéenne, un homme d'une grande culture et d'une extrême rigueur intellectuelle.

Nous ne pouvons ici rappeler l'ensemble impressionnant de ses travaux. Soulignons simplement l'intérêt qu'il a toujours porté aux origines de son pays natal, depuis ses thèses de doctorat, en 1961 (Aux origines de la Berbérie, monuments et rites funéraires protohistoriques, et Massinissa ou les débuts de l'histoire), jusqu'à la monumentale Encclopédie berbère, patronnée par l'Unesco et dont vingt-cinq fascicules ont paru à ce jour, ouvrage collectif dont il dirigeait la publication, et à la rédaction de laquelle il participait largement. Il s'y intéressera jusqu'au jour de sa mort.

Rappelons aussi, parmi tant d'autres, ses beaux ouvrages sur les Berbères, sur la Corse, sur la Préhistoire nord africaine et sur la Préhistoire générale, sans oublier le beau livre sur L'Afrique du Nord au féminin, série de portraits sur quelques-unes des femmes qui ont marqué de leur empreinte l'histoire de leur pays.

Mais Gabriel Camps n'était pas seulement un intellectuel et un chercheur, c'était avant tout un homme dans toute l'acception du terme, un homme bon et généreux, époux et père de famille modèle. Comment le séparer dans nos cœurs de sa chère épouse Henriette, elle-même sévèrement éprouvée par la maladie, et si digne dans son immense chagrin.

C'était un ami fidèle, toujours disponible, un homme simple et ouvert. Nos amis de Généalogie Algérie Maroc Tunisie qui ont eu le privilège de mieux le connaître au cours des voyages organisés par notre président, auxquels il participa avec son épouse, savent combien sa compagnie pouvait être enrichissante.

A Minorque d'abord, dont sa famille et celle de sa femme étaient originaires, où il participa à l'inauguration de la Minorquine, et où il accepta avec gentillesse de faire une petite conférence sur la place de Minorque dans la préhistoire méditerranéenne, pour le plus grand plaisir de l'auditoire. Mais aussi en Sicile et en Tunisie, où il fit bénéficier ses compagnons de voyage de son immense érudition avec une grande simplicité. Le voyage de Tunisie se termina par une soirée au cours de laquelle on fêta son 70e anniversaire, et il en fut très touché. C'était en 1997, il y a à peine cinq ans, et il nous semble que c'était hier !

Le 6 septembre dernier, Gabriel Camps s'éteignait. Ses obsèques ont été célébrées à Saint-Sauveur d'Aix-en-Provence le 10, et son inhumation s'est déroulée au cimetière des Eyzies-de-Tayac, prés du petit hameau de la Rouquette où il possédait une maison, et où il aimait tant venir se ressourcer.

Cher Gabriel, mon cher et vieil ami, sache que tu resteras pour toujours dans nos mémoires et dans nos cœurs.

Décembre 2002
 

Ouvrages

Parmi les nombreux ouvrages de G. Camps, citons :

- Berbères, mémoire et identité : ouvrage de référence pour la connaissance du monde   berbère.
- Préhistoire d'une île. La Corse des origines (1988 - Errance, 1991)
- Atlas préhistorique du Midi méditerranéen français (1978-1981) : ouvrage collectif dirigé   par l'auteur.
- Peuplement des îles et navigations préhistoriques, in : L'homme préhistorique et la mer, Paris, Comité des Travaux historiques et   scientifiques (120e Congrès CTHS, Aix-en-  Provence, octobre 1995)



 

© Généalogie Algérie Maroc Tunisie. Reproduction interdite sans l'accord formel de l'association