Émile Bégey

député

Jean-Marc Valentin

Notices et portraits
(Bibliothèque de la Chambre des députés)
 
 

Né le 19 octobre 1857 à Anzin (dép. du Nord)
Député du département d'Alger du 1er juin 1902 au 31 mai 1910
Décédé le 13 février 1924 à Nice (dép. des Alpes-Maritimes), en son domicile
Inhumé le 28 février à Alger.

 

FAMILLE originaire du département de la Haute-Saône, s'installe en Algérie en 1867. Fils de Charles-François Bégey, né en 1822 à Champagney (Haute-Saône), chauffeur aux chemins de fer du Nord, et Marie-Adèle Piguet, née en 1829.

Une sœur, Marie-Léonie Bégey, née le 10 octobre 1859, Valenciennes (Nord), épouse à Alger, le mardi 29 décembre 1885, Henry-Joseph-Amédée Buisson, avocat à la cour d'appel d'Alger, mariage dissous le 14 décembre 1888 par jugement du tribunal civil d'Alger.

Lui-même épouse à Alger, le mardi 24 mars 1896, Marie-Louise-Eléonore Bernard, née le 8 octobre 1868 à Sétif (dép. de Constantine), fille d'Alexandre-Jacques-Hector Bernard, notaire à Sétif, et Caroline-Hortense Susini.

Il a été passé un contrat de mariage chez Me Franck, notaire à Alger, en date du 23 mars 1896. Les témoins au mariage sont : Georges Blasselle, avoué à la cour d'appel, oncle de la future ; Émile Muller, capitaine de gendarmerie, non parent ; Louis Dousdebis, capitaine du Génie, beau-frère de la future et Alexandre Susini, notaire, oncle de la future.

[Marie-Louise Bégey sera promue officier d'académie le 18 janvier 1928 pour " services rendus aux œuvres péri-scolaires ". Elle est fille, sœur, nièce, arrière-petite-fille de notaires et nièce d'avoué.]

Deux enfants : Marcelle Bégey, née en 1897 et Suzanne-Alice-Marie Bégey, née en 1904.

Propriétaire-agriculteur du domaine des Andalouses à 3 km d'El-Ançor (dép. Oran, carte colonne de droite), d'une superficie de 190 hectares de vigne, 80 de céréales et 70 de jardinage. Source d'Aïn-Azoa. Directeur de la Compagnie des messageries (1885).

Administrateur de la Société des tuileries et céramiques de Saint-André-sur-Mer, qui exploite les usines du Grand Ravin (banlieue d'Alger), société dont les statuts ont été déposés le 4 décembre 1909 en l'étude de Me Pitolet, notaire à Oran, et qui sera par la suite mise en faillite et liquidée.


 
 

Émile Bégey possède, en indivision avec sa sœur Marie Bégey, épouse Buisson, un immeuble de rapport de cinq étages sis à Alger au 37 de la rue d'Isly, à l'angle de la rue de Varennes, d'une valeur de 1 400 000 F, ainsi qu'un terrain à bâtir de 492 m2, sis également à Alger, d'une valeur de 120 000 F.

Ses héritiers sont sa veuve, pour le 1/4 en toute propriété et le 1/4 en usufruit, aux termes de son testament olographe déposé le 22 septembre 1923 en l'étude de Me Grenioldi, notaire à Nice, et ses deux enfants, par acte de notoriété passé le 7 mai 1924 chez le même notaire.

En Algérie, il résidait au domaine des Andalouses. A Paris, au 118 de l'avenue d'Orléans (14e arr.) de 1903 à 1909 et à Nice au 10 de la rue Verdi à son décès.

Fonctions électives

Conseiller municipal d'Alger en 1888.

Conseiller général de la 22e circonsc. (Affreville) du dép. d'Alger de 1895 à 1906, vice-président du Conseil général en 1898 et 1899.

Délégué financier (colon) de la 7e circonsc. (Teniet-el-Had) du dép. d'Alger de 1898 à 1902.

Élu le 11 mai 1902, au 2e tour de scrutin, député de la 2e circonsc. du dép. d'Alger par 7 561 voix contre 3 826 à Charles Marchal, député sortant, radical anti-juif, sur 16 735 inscrits et 11 562 votants (au 1er tour Émile Bégey avait obtenu 4 291 voix, Charles Marchal 3 691 et M. Rey, avocat, républicain, 3 927).

Inscrit au groupe de l'Union démocratique (républicains de gouvernement) et au groupe viticole.

Membre de la commission des douanes et de celle du règlement. Le 2 mars 1903 il propose une loi de protection des vins de liqueur, le 4 avril s'oppose à la suppression des tribunaux répressifs en Algérie. Partisan d'une justice rapide pour les indigènes. deces

Réélu le 20 mai 1906, au 2e tour de scrutin, par 8 256 voix contre 5 430 à Alexandre Mauguin, sur 18 079 inscrits et 13 849 votants. Membre de la commission des travaux publics et des chemins de fer et de la commission de l'administration générale, des cultes et de la décentralisation.

Il ne se représente pas aux élections générales de 1910.

Franc-maçonnerie, affilié à la Grande Loge de France en 1906. ?

Sources

- Archives nationales, Élections, cartons C 7 221 et 7 204.
- Centre des archives d'outre-mer, état civil d'Algérie.
- Chambre des députés, registre de la caisse des pensions.
- Service des archives et de la recherche historique parlementaire, Paris, dossier de député.
- Archives départementales des Alpes-Maritimes, Déclaration de succession, 03 Q 5790 et 8697.
- Mairies d'Anzin et Nice, état civil.


 

Tableau généalogique


 

Complément d'information

37, rue d'Isly, Alger

Comme l'écrit Jean-Marc Valentin plus haut, l'immeuble (à gauche sur la photo), estimé à 1 400 000F, appartenait à Émile et à sa sœur Marie. Plus tard, au moins dans les années 1950-1960, il a dû prendre une valeur considérable puisque nous pouvons lire sur l'excellent site ES'MMA :

" À cette adresse, on trouve de nombreux commerces. (...) Il faut dire que l'immeuble du n° 37 correspond à lui seul au grand pâté compris entre la place Bugeaud [place d'Isly] et la rue de Varennes. Le magnifique escalier en entrant conduisait, au 1er étage, à une galerie marchande, aussi classieuse que spacieuse, ce qui explique le nombre de commerces qui pouvaient coexister à ce numéro. Le 37, rue d'Isly était certainement l'une des adresses commerciales les plus chics d'Alger. "

Ajoutons simplement que la photo date du début du XXe s. Depuis, la statue du maréchal Thomas Robert Bugeaud, précédemment au centre de la voie, a été déplacée, plus près du siège de la Xe Région militaire (immeuble au second plan), afin de permettre le passage direct des deux voies des Tramways algériens (TA). Elle a aussi été tournée car, auparavant, elle " regardait " l'enfilade de la rue d'Isly, vers Dumont d'Urville.

C'est un peu plus loin, vers la Grande Poste, qu'a eu lieu la tragique fusillade du 26 mars 1962.

André Segui
 

   © Généalogie Algérie Maroc Tunisie. Reproduction interdite sans l'accord formel de l'association