Archives diplomatiques

La Courneuve, des sources inédites sur les Français de l'étranger

Jean-Marc Valentin


 

Le Centre des Archives diplomatiques de La Courneuve a proposé une très instructive Journée d'études, le 5 décembre 2013 à laquelle j'ai participé au nom de Généalogie Algérie Maroc Tunisie

Il s'agissait de faire le point sur les archives du ministère des Affaires étrangères qui sont conservées à La Courneuve (Seine-Saint-Denis), pour les archives de l'administration centrale, et à Nantes pour celles rapatriées des ambassades et consulats.

La ministre déléguée auprès du ministre des Affaires étrangères, chargée des Français à l'étranger, Hélène Conway-Mouret, avait prévu de prononcer l'allocution d'ouverture mais, devant accompagner le premier ministre dans son voyage en Chine, elle nous a fait parvenir une vidéo où elle précisait que les documents d'archives conservés dans les deux dépôts doivent permettre de reconstituer l'itinéraire des Français partis dans le monde.

Cinq consulats en Algérie

Après l'accueil et la présentation de la journée par Richard Boidin, directeur des Archives diplomatiques, c'est Emmanuelle d'Achon, secrétaire générale adjointe du ministère des Affaires étrangères qui a évoqué les listes nominatives, immatriculations, actes notariés, etc., conservés, pour certains, depuis le 16e siècle.

Isabelle Richefort, directrice adjointe des Archives, est ensuite intervenue, suivie par Annie-France Renaudin, chef du Centre des Archives diplomatiques de Nantes dont elle nous a retracé l'histoire. À noter qu'en Algérie on trouve actuellement cinq consulats français. Pascal Even, chef du département des Archives, nous a révélé l'existence de plus de 500 000 dossiers individuels, en cours d'inventaire. Puis François Saint-Paul, directeur des Français à l'étranger et de l'Administration consulaire du ministère des Affaires étrangères, a dressé le tableau actuel du réseau consu-laire français qui gère 2,5 millions de français à l'étranger dont 1,6 millions officiellement enregistrés.

Groupe de travail, inventaires réciproques

François Pujolas, chef du Service central d'état civil de Nantes, créé en 1965, chargé de la dé-livrance des actes d'état civil des Français nés à l'étranger ou y résidant encore, ainsi que des étrangers qui deviennent français, nous a expliqué que les démarches se font de plus en plus par informatique.

À propos de l'Algérie, Richard Boidin a annoncé qu'un groupe de travail, dont il fait partie, travaille actuellement avec les responsables des archives algériennes, dans une relation " dépassionnée ". D'après lui, " le travail de mémoire et d'histoire commence à se faire ". La tâche principale de ce groupe de travail sera la publication ensemble, par les Français et les Algériens, de " tous les inventaires réciproques, en français et en arabe ".

Tunisie : la numérisation Grégoire Eldin, responsable du pôle conservation de La Courneuve, et Anne-Sophie Cras, chargée d'études documentaires à Nantes, ont ensuite parlé des collections d'état civil, dont celles de Tunisie, en évoquant la perspective d'une numérisation et d'une mise en ligne, dans un certain temps… Isabelle Nathan, chef du département des Publics, et Françoise Watel, responsable du pôle numérique, nous ont présenté la salle des inventaires virtuelle qui sera en ligne dans quelques mois.

Les contraintes légales concernant la consultation et la réutilisation des données publiques ont été évoquées par Frédéric Saffroy, avocat au barreau de Paris, et Jean-Philippe Dumas, adjoint au chef du département des Publics, a parlé des modalités pratiques de fréquentation des salles de lecture du Centre des Archives.

Les associations

Le programme prévoyait ensuite de donner la parole aux associations, ce qu'ont fait rapide-ment Jean-Michel Sementry, ancien président, et Jean-Yves Houard, secrétaire de la Fédération française de généalogie, ainsi qu'Annie Lecornec, présidente de La France généalogique.

Les contraintes horaires ne m'ont pas permis de présenter ce que j'avais préparé avec Roger Dormoy concernant les relations avec Généalogie Algérie Maroc Tunisie, mais c'est avec plaisir qu'on a pu constater que le paquet de notices de notre association, placé à l'entrée de la salle, parmi d'autres documents, avait considérablement diminué...

Une visite des locaux a clos cette journée.

Les registres de Tunis


 

   © Généalogie Algérie Maroc Tunisie. Reproduction interdite sans l'accord formel de l'association