L'acte de bravoure
de Pierre Boblin

Gilbert Ripoll


 

Voici l'extrait d'une lettre en date du 23 décembre 1930 qu'un conseiller municipal de Bône adressait au maire (1) de cette ville.

Cette lettre concerne mon arrière-grand-père, Pierre Claude Boblin, né à Autun, ayant servi dans l'armée française de 1845 à 1852 : campagne d'Italie, puis Algérie où il a obtenu en 1851, à l'âge de 27 ans pour " faits de guerre ", la croix de chevalier de la Légion d'honneur. Grenadier de 1ère classe, il avait, au combat, sauvé son lieutenant.

De retour à Autun, à sa libération, il se marie et revient en Algérie s'installer à Bône, où il construit sa maison.

Voici l'extrait :

Boblin habitait au Cazarin, dans une modeste chaumière où habite à l'heure actuelle un autre homme vertueux, récompensé récemment : j'ai nommé le peintre Guérard…

(...) Il se trouvait un jour d'hiver, en janvier, en train de dîner avec les siens, lorsqu'une voix familière et respectée, celle de l'honorable Prosper Dubourg (2), le maire de la ville, vint l'appeler en toute hâte.

- Boblin, viens vite, une femme se noie !

Une malheureuse, en effet, par chagrin d'amour, par désespoir de voir partir un soldat qu'elle aimait, sur un transport qui allait ramener des troupes libérées en France, s'était jetée à la mer où elle aurait infailliblement péri, sans le courage et la détermination de Pierre Claude Boblin.

Hélas, ce devait être le dernier trait de bravoure de Boblin. Le lendemain, victime d'un chaud et froid contracté pendant la baignade de la veille, il s'alitait pour succomber peu de temps après, en 1872….

Il laissait en grande difficulté, sa veuve et six enfants.

Cette lettre se poursuit par la proposition de son auteur, au maire de la ville, de donner à l'une de ses rues le nom de Pierre-Boblin.

Pour ma part,

1°) Je pense, sans en être certain, que la proposition n'a pas été suivie. Est-ce vérifiable ?

2°) j'aimerais en savoir plus sur ce peintre Guérard, qui aurait acheté ou loué la maison de mon arrière grand-père, qualifiée de " chaumière " dans la lettre, parce qu'elle était couverte en chaumes ?

3°) le quartier " Le Cazarin " ou Pierre Claude Boblin l'avait construite de ses propres mains, est sans doute le lieu dit " Csar el Aïn " (la source près de la forteresse) décrit dans la "La prise de Bône et de Bougie ", de Cornulier-Lucinaire. (Ed. Gandini). Je l'ai connu en tant que plage où je me suis souvent baigné, enfant, sous le nom de la " plage de la Grenouillère ", sans doute à cause du restaurant- établissement de bains du même nom.

_________

(1) Dr Elie Félix Petrolacci, maire de 1921 à 1933.

(2) Pierre, dit Prosper Dubourg, ancien spahi, marié à Bône en 1843, maire de 1878 à 1888. A noter que la rue Prosper-Dubourg, après avoir été rebaptisée rue de l'ALN en 1962, figure toujours sous son nom d'origine dans les adresses algériennes.

Mars 2009